Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[censure] [geopolitique] [voloblog] Infos

Coronavirus-FR : incurie et incarcération

mercredi 25 mars 2020 par SHAHSHAHANI Volodia

Les incapables qui nous gouvernent n’ont pas pris la mesure du risque que représente le covid-19 comme cela a été le cas dans d’autres pays. Après avoir joué la scène de Tchernobyl (stop à la frontière), deux mois après qu’il fut devenu évident que la France n’échapperait pas au virus, les lacunes restent criantes :

- pas de masques disponibles (même pour les soignants)
- pas de solution hydroalcoolique disponible
- pas de tests de dépistage
- pas de validation des quelques mesures de soins possiblement efficaces

Le régime savait (et a caché) la venue du virus comme l’a reconnu Buzyn dans une interview. Au minimum le 1er ministre Philippe était au courant. C’est pourquoi une plainte en justice a été déposée contre eux.

Le régime a réuni une équipe de médecins (le "conseil scientifique") qui a fait la démonstration de son efficacité, si l’on peut dire, en validant le plus grand confinement possible, le 1er tour des élections municipales. Et ces gens-là, pour masquer leur erreur ont immédiatement dénoncé… les baigneurs, promeneurs, randonneurs !

Pour donner l’impression de réagir le régime Macron (en échec sur les Gilets Jaunes et la réforme des retraites) a décidé de montrer les muscles en "confinant" la population.

Des pays de taille comparable comme la Corée du sud ont jusqu’à présent réussi à circonscrire le covid-19 sans confinement mais avec un dépistage systématique, et bien entendu des masques et les autres outils de protection dont notre pays a été privé. Plus grave la destruction méthodique de l’Etat social a conduit les pays latins d’Europe à sous-équiper les hôpitaux.

Le confinement n’est pas la solution comme le pensent des médecins indépendants.…Ou encore le ministre de l’Agriculture qui, sans craindre de nager à contre-courant de son équipe gouvernementale, lance un appel à se rendre à la campagne.

L’enfermement de la population dans des appartements exigus ne peut qu’aggraver la situation sanitaire. Elle n’apporte rien de positif par rapport aux règles évidentes de distanciation qu’il convient de s’assurer qu’elles sont rigoureusement appliquées.
Partisans et adversaires du confinement semblent s’accorder au moins sur un point : le coronavirus ne se baladerait pas dans l’air.

Pour prendre un exemple qui nous parle, une randonnée à skis peut donc se faire dans des conditions qui respectent tous les codes de distanciation :

- transport individuel (auto ou vélo)
- évolution des skieurs à des distances respectables
- itinéraire très facile en aller-retour avec risque zéro afin d’éliminer tout appel aux services d’urgence
- itinéraire avec risque nivologique zéro : oui cela existe même si ce n’est pas compris dans l’ "échelle européenne" du risque d’avalanche.

Plutôt que de verbaliser les gens qui prennent l’air et la vitamine D du soleil, l’appareil policier serait mieux employé en veillant que les règles de distanciation sont bien appliquées sur les plages, dans les espaces verts urbains et autres sites de promenade, d’autant que lors des contrôles les risques de contamination sont partagés entre le contrôleur et le contrôlé.

En annonçant vouloir quadrupler (2+6 = 4x2) la durée du confinement, sans considérer l’inégalité des situations, le régime prend le risque de provoquer des troubles très sérieux. Il faut donc s’y préparer individuellement et collectivement.


Messages et Commentaires ...

Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP