Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[BDS] [censure] [geopolitique] [voloblog] Infos

Le climato-sionisme à l’heure des Gilets Jaunes (6)

lundi 18 février 2019 par SHAHSHAHANI Volodia

L’acte 14 des Gilets Jaunes a été précédé, accompagné et suivi d’une vaste offensive sioniste visant à le discréditer.

1. Avant la manifestation, le 14/02, les régimes français et allemand ont semble-t-il coordonné leur propagande quant à une supposée aggravation d’actes dits "antisémites" à la suite de divers tags relevés ici ou là, des tags minables, qu’ils aient ou non été commis sous faux drapeau, ce qui ne peut être exclu. [1] La presse du régime est là pour amplifier le phénomène, y compris en région

Rappelons que dans le cas français, il est fait état d’une "augmentation" d’actes dits "anti-sémites" en 2018 sauf qu’en 2017 il y eut une baisse de ces mêmes actes. Bref des variations non significatives pour les actes judéophobes, comme pour les actes christianophobes, islamophobes, homophobes etc.

2. Le 15 février (donc la veille de l’acte 14 des GJ) Alain Finkelkraut dézingue le mouvement des Gilets Jaunes (c’est son droit le plus strict) dans un article du Figaro.

3. Le lendemain (16/02), cet idéologue, connu de longue date pour ses propos racistes et son allégeance au régime d’Apartheid se trouve "par hasard" sur le chemin des Gilets Jaunes ; reconnu, il est alors conspué. On entend notamment les mots "Palestine", "sale sioniste", "va à Tel Aviv" etc.

Aussitôt le banquier de Rothschild qui administre encore la province "France" de l’UE se fend du tweet suivant :"les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes…". Idem le porte-parole du régime, Griveaux : "La haine à l’état brut dans les rues de Paris contre Alain Finkelkraut hué aux cris de "sale juif’". Sauf que Alain Finkelkraut lui-même dément avoir été traité de "sale juif" dans une interview sur BFM tv le 17 février. Ce qui semble aussi confirmé ici.

Au-dessus de ces politiciens, se trouvent les véritables relais du système, les éditocrates choisis et grassement choyés par les milliardaires. Dès le samedi on les a vus se relayer sur BFM, LCI ou le service dit public, pour demander que les manifestants hostiles à Finkelkraut soient arrêtés et poursuivis. Une consécration pour cette espèce en voie de putréfaction qu’on appelait le "journalisme".

L’intelligence populaire l’a bien compris en ciblant depuis plusieurs actes les "journalopes" des "massmerdia". Il se trouve que ceux qui sont au premier rang - et donc encaissent les coups - ne sont que des subalternes, souvent payés au lance-pierre. Mais leur rôle dans la répression du mouvement social est sans doute plus important que celui de l’autre police (celle qui prend aussi des coups dans les manifestations).

4. Le 18/02, des députés LREM demandent rien moins que la criminalisation de l’antisionisme.. Pas seulement des marcheurs : le bobocolo Yannick Jadot, co-responsable avec Benoit Hamon de la qualification de Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017, s’est joint à la meute qui réclame le délit d’antisionisme.

5. Le mardi 19/02 une manifestation prétendument contre l’ "antisémitisme" est appelée par le groupuscule PS et toutes les autres formations politiques annoncent leur participation.

6. Le 20 février ce sera le couronnement de cette séquence anti-populaire qui verra le banquier Rothschild chercher sa feuille de route 2019 au diner du CRIF (Comité Représentant Israel en France).

Qui a parlé de "complotisme" ?

A SUIVRE


[1Rappel : le terme "antisémite" employé depuis plus de 150 ans est impropre pour désigner les persécutions dont les juifs européens ont souffert, notamment lors du judéocide commis par le régime hitlérien. Il est depuis repris systématiquement par la filière sioniste en vue de légitimer leur occupation de la Palestine. Mais les sémites ce sont les Palestiniens, qui furent des juifs, puis des chrétiens et enfin très majoritairement des musulmans ; seules de petites quantités de ces sémites sont restées juives et chrétiennes. Les envahisseurs de la Palestine ont été dans leur majorité des juifs européens, descendant de peuples caucasiens convertis au judaïsme autour de l’an 1000 et complétés plus tard par de grosses quantités de "juifs" russes ou ukrainiens. Donc lorsqu’on commet un acte contre un "juif" on commet un acte "judéophobe" et non un acte antisémite. Les actes antisémites sont ceux commis aujourd’hui par l’Etat Juif contre les Palestiniens.

Proposer un commentaire

BDS

accueil | espace privé | site sous SPIP