Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[communauté] Infos

Disparition de Daniel Bertholet (DBL)

lundi 27 avril 2015 par ALLEMAND Lionel

C’est avec une infinie tristesse que nous faisons part du décès de notre contributeur Daniel Bertholet, qui a décidé de nous quitter.

Après des années de pratique très régulière, Daniel avait pris un peu de distance avec les sommets. Il restait pourtant un montagnard expérimenté, ainsi qu’un excellent skieur. Découvrant ensuite le vélo et la course à pied, il avait participé à des épreuves d’endurance telle que l’Ardéchoise, ou encore la Grande Course des Templiers.

Simple et cash, Daniel était un personnage particulièrement attachant. Son admiration pour l’authentique était à l’égal de son aversion pour le bling-bling ou l’hypocrisie.

Outre les activités sportives, Daniel avait de nombreux passe-temps. Plus que la littérature, Le Livre occupait une grande place dans ses loisirs, que ce fà»t la lecture, la reliure, ou l’écriture. Que les sorties se fassent à pied, à vélo, ou à skis, chacune d’elles inspirait un texte qui résumait l’ambiance et les valeurs partagées par les participants.

Tes récits, tes blagues, ton rire sonore, comme tout ça va nous manquer.

Tchao Beloi !



Messages et Commentaires ...
  • 28 avril 2015 emmanuel combeaux - douloureux

    C’est un nom que j’ai souvent croisé sans savoir qui se cachait derrière, mais le voir disparaître est douloureux. Pensées pour lui et les siens.

  • 28 avril 2015 VSH - beau skieur, belle plume

    Outre ses CR qu’on peut voir en cliquant sur son INI en rubrique "sorties", on peut relire quelques petits textes de Daniel :

    jacquot

    oh les filles

    ah quand j’étais vieux

    pierre blanche

    mythique

  • 28 avril 2015 LTA - Un des personnages les plus attachants

    Daniel n’était pas qu’un grand sportif outdoor, Il était à mes yeux un des personnages les plus attachants que j’ai eu l’occasion de rencontrer. Son départ est un séisme.
    Le mot que j’ai lu lors de ses funérailles ainsi qu’un recueil d’images sont ici

  • 28 avril 2015 Lionel DIDIER - Tu nous laisse bien seuls Beloi.

    Il y avait "mon P’tit Lio", "Mon Lio". "Oh Pacal", moi c’était "Yo"

    ​Il suffisait d’une rencontre pour être conquis par ​Beloi.
    ​
    Toutes ​ceux qui ont eu le plaisir de le connaitre seront unanimes à son sujet.​ : ​Sa simplicité, son humilité et cette tendresse bienveillante envers les autres.

    ​Moi c’est la ​​poésie avec laquelle il parlait de montagne ​​qui m’a ​tellement ​touchée lors de notre première rencontre. ​J’attendais impatient le Lundi matin pour aller lire son commentaire sur une course rentrée du WE.

    ​Je ne pouvais pas être présent avec tous ses amis ​aujourd’hui alors j’ai relu nos emails échangés​ et rega​rdais les photos de nos randos. Quelle joie simple ensemble !
    ​​Sur un de nos derniers échanges tu m’avais écris "... mais à mon avis, ce sont ces instants là qui nous font aimer la vie.​"
    ​
    On était obligé de devenir ton ami Beloi et aujourd’hui nous sommes tous tellement tristes d’avoir perdu notre ami et il faut continuer d’aimer la vie sans toi, pour toi !

    De très grosses pensées pour sa famille..

  • 29 avril 2015 Julien PIERSON - Daniel, mon ami...

    Daniel,
    Je rentre de l’étranger et toi tu t’en vas…
    Mais je ne pouvais pas te laisser partir comme ça, sans te dire ces quelques mots qui s’envoleront avec toi.
    On s’est rencontrés alors que je faisais un remplacement dans ton école, celle dans laquelle tu as exercé pendant plus de trente ans et où tu auras donné le goà»t d’apprendre à plusieurs centaines d’enfants…J’ai toujours été impressionné par la faculté que tu avais de rendre tes élèves heureux, cela se voyait dans leur regard au moment où ils descendaient les escaliers pour te dire au revoir : on voyait dans leurs yeux de la reconnaissance et une forme d’épanouissement que j’ai rarement observé ailleurs...
    Et moi aussi j’étais bien dans cette école dans laquelle tu faisais flotter un petit air de montagne que j’ai vite senti. Naturellement et rapidement, tu es devenu beaucoup plus qu’un collègue : un ami.
    Pour ta gentillesse, ton sourire, ta simplicité, ton ouverture aux autres.
    Pour ta fragilité qui t’aura fait souffrir…Une fragilité que tu savais cacher mais que je ressentais et qui me touchait.
    Et pour tous les merveilleux moments passés ensemble en montagne, à pied, à vélo, en ski ou sur un rocher…
    Pour toutes ces raisons Dan, je ne t’oublierai pas, on ne t’oubliera pas.
    Julien.


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP