Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[pente raide] [Aravis-Bornes] Courses

Mémoires de pente : face NW de l’Etale (1980)

samedi 21 janvier 2012 par TARDIVEL Pierre

Le skieur et guide annécien Pierre Tardivel, collaborateur de la collection toponeige (MBL) et insatiable dénicheur de premières à skis, va nous faire partager régulièrement au fil des saisons ses carnets de pentes en présentant ses premières à skis.

Voici sa première "première", effectuée en 1980, dans la face nord-ouest de l’Etale, dans son jardin des Aravis, en compagnie d’une autre grande figure du ski extrême : Daniel Chauchefoin.(JAD)

1ère en skis de la face NW de l’Etale, le 12-4-1980, par Daniel Chauchefoin et Pierre Tardivel.

600 m de face à environ 45°, avec quelques ressauts plus raides. 5.3 /E3
Couloirs étroits dans la moitié inférieure.

Matériel : 2 piolets, crampons, petite corde éventuelle.

Même approche que la combe de la Blonnière jusqu’à 1500 m. Monter alors en diagonale vers la droite, comme pour le Coillu à Bordel. Repérer un goulet étroit qui raye la partie gauche de la face NW, et le remonter jusqu’à la moitié de la face. Traverser ensuite franchement vers la droite pour trouver un autre système de couloirs qui mènent au sommet.

Il faut un excellent enneigement pour que les verrous rocheux passent bien, et aussi pour que le goulet inférieur ne soit pas trop étroit. Pour cela, il vaut mieux attendre la fin de l’hiver.
En 1980, Daniel Chauchefoin m’emmenait là dans ma première "1ère". Mon niveau était trop juste et j’ai dà» descendre 4 m avec la corde, à la moitié de la face, alors que Daniel, lui, passait intégralement à skis.



Face NW de l’Etale
Messages et Commentaires ...
  • 21 janvier 2012 JAD - Quel matériel ?

    Bonjour Pierre, peux-tu nous donner des précisions sur le matériel que vous utilisiez "à l’époque" ?

  • 21 janvier 2012 PTA - Matériel

    Daniel avait le célèbre Yéti, et moi les Dynastar Dynasoft en 190, et 67mm au patin ! Par contre on avait déjà des chaussures de piste techniques (portefeuille 3 ou 4 boucles), et bien sà»r les fixations de rando Skalp avec plaques alu. Daniel godillait tranquille, et moi beaucoup moins. Je suivais scrupuleusement ses traces, et j’étais pas fier. Heureusement, on en a fait rapidement beaucoup d’autres, et j’ai progressé vite ; d’autant que Daniel était un excellent skieur, et je cherchais à copier sa technique.
    Il collait bien à la neige dans ses virages, et retombait en douceur. A l’opposé de ses collègues de l’époque (Vallençant, Boivin) qui sautaient beaucoup et retombaient sèchement.
    Aux Autrichiens en 77, Daniel avait des skis "compacts" très courts et plus larges. C’est finalement ce qu’on utilise aujourd’hui : il avait 30 ans d’avance !

  • 22 janvier 2012 CEI - compagnon

    Bonjour Pierre,

    Peux-tu nous en dire un peu plus également sur ta "relation" avec Daniel Chauchefoin dans tes débuts ? Quel rôle, quelle influence ?

  • 22 janvier 2012 PTA - mon prof

    Comme tous les grimpeurs d’Annecy, on se voyait le vendredi soir au CAF, et très souvent au Biclope (l’école d’escalade locale). Depuis l’âge de 16 ans, je grimpais de temps en temps avec Daniel, qui avait un très haut niveau.
    Après une saison d’initiation au ski de rando avec le CAF, j’étais frustré par le manque de courses de haut niveau. Daniel m’a naturellement proposé de partir avec lui, en faisant gaffe de ne pas faire des trucs trop durs au début : je me débrouillais dans le 40 °, et lui venait de faire les Autrichiens ! Il avait plein de projets, et j’étais passionné par la pente raide. Je crois qu’il avait envie de faire ses descentes avec un copain. Il n’était pas un solitaire. Il avait déjà fait la face sud des Courtes avec Denis Keller, et plusieurs autres descentes avec Yves Détry. Ceux-ci se sont arrêtés et Daniel s’est retrouvé seul. Il n’avait sans doute pas envie de faire des descentes avec Boivin ou Vallençant, qu’il voyait plus comme des concurrents.
    De 1980 à 1986, il m’a emmené sur 14 premières.
    Ca roulait tout seul : il avait une grande expérience, était très prudent, et on avait beaucoup de temps libre. Jamais de conflits car j’avais 10 ans de moins que lui et il décidait de tout. Je n’avais pas son niveau, et j’ai toujours su qu’il ne faut pas le contrarier.
    En 1986, la vie nous a éloignés : mes études à l’université, une copine, beaucoup moins de temps libre. Je me suis mis à faire de la montagne avec un copain de classe :on travaillait ensemble pour pouvoir s’organiser des journées en montagne. Du coup, Daniel a pensé que je le laissais tomber. Dans le même temps, il avait des gros problèmes personnels avec le CAF, et il a pété les plombs. Il s’est mis complètement en marge de la société, s’est enfermé dans son appartement pendant 20 ans (!) Plus personne n’osait l’approcher. Aujourd’hui, il se remet à l’escalade, semble de nouveau s’ouvrir aux autres.
    J’ai eu une chance énorme d’avoir un tel prof en pente raide.

  • 25 janvier 2012 STB - D. Chauchefoin

    Skieur exceptionnel bien sur sur, mais aussi ouvreur très audacieux de voies rocheuses, au Pertuis, aux Gillardes... Le personnage semble néanmoins discret, on est loin de la médiatisation d’un Boivin ou d’un Vallençant. Recherchait il une certaine reconnaissance médiatique ou bien pas du tout ?

  • 27 janvier 2012 PTA - Daniel et les médias

    A chaque première, Daniel avait un besoin évident de communiquer, mais uniquement à un niveau local : Dauphiné libéré, Essor Savoyard. Les articles dans la presse spécialisée montagne étaient rares ; par contre, la revue nationale du CAF faisait systématiquement mention de ses descentes. Je pense qu’il aurait aimé avoir des articles dans la presse nationale, ou même des sponsors, mais les relations avec les gens de ce milieu étaient pour lui trop difficiles. Je sais qu’il a eu des contacts avec des fabriquants de matos, mais ils n’ont pas pu s’entendre.
    Il est clair que si Daniel avait eu le sens des affaires, il aurait pu "réussir" aussi bien que ses grands concurrents de l’époque.
    Il a été un skieur exceptionnel, que seuls les initiés connaissent.

  • 27 janvier 2013 Daniel Chauchefoin - Et mon avis dans tout ça ?

    J’ai été récemment informé des propos de Pierre Tardivel qui ont dévié sur moi dans ce forum. Il est rempli de balivernes insidieusement infamantes envers moi !

    Tardivel, mielleusement dithyrambique mais réellement perfide, aurait mieux fait de se taire. Ce sont peut être ses problèmes personnels qu’il projette sur moi, à moins qu’il ait bêtement pris la grosse tête. Il a dà» disjoncter pour écrire de telles ignominies !

    Ce forum étalé sur une semaine n’a pas eu de suite. Pourtant ma version, sur ce qui est raconté par PT, en intéressera sans doute plus d’un : habituellement discret, mais acculé à revenir sur scène pour me réhabiliter, je compte bien arriver à rétablir la vérité en expliquant l’histoire par les faits.


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP