Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.

4810m - Mont-Blanc

mont-blanc, face ouest directe*

N° : 2367
Date : 2007-04-16 00:00:00 Départ : 00h00
Rédacteur : LPR
Accès : hélico au piton des italiens puis récup de vallot et sommet par les bosses
Logistique : 4x4 pour le retour depuis la visaille, val veny, route non déneigée
Météo : grand beau, 40 km/h vers le mont-blanc, rien en versant ouest
Limite skiée : 1800
Neige : lieu/altitudeTotale (cm)Meuble (cm)Qualité de la neige
4810-460015poudre
4600-3600dure, grain fin
3600-320010décaillée
3200-basentre gros printemps et blé

::... Nivologie ...

neige plutôt poudre du sommet pour les 200 premiers mètres très stable, ensuite on ne se pose pas de question, on assure les virages car c’est dur voir très dur, mais ça tient, à partir de quintino sella, c’est bien mou voir blé en arrivant sur le glacier du miage.

::... Itinéraire ...

*c’est la voie stefano de Benedetti (1980). Du piton des italiens suivre le chemin évident qui mène à vallot puis suivre l’arête des bosses, pour la descente prendre directe du sommet entre tournette et domenech jaccoux, après 200 m. obliquer sur la droite pour rester ds les gdes pentes, à la fin de celles-ci petit rappel de 10 m. et continuer tjs dans l’axe jusqu à remonter 20 m. à pied sur le dôme vers 3600 m. dominant quintino sella, laisser le refuge sur sa dte et prendre un couloir marqué entre 2 éperons, large de 15 m. à sa sortie tjs obliquer vers la dte et sortir au mieux, nous avons mis en place 2 pitons juste avant la sortie sur le glac. du miage, c’est grave pourri et dans 1 semaine ça ne passe probablement plus. descendre le miage en rive dte sur combal, puis rte du val veny.

::... Commentaire ...

une grande face de 2500 m. ou la pente est de 45 sur 200 m. et 50° sur 600 à 800 m, mais avec une neige dure, affutage des carres recommandé, notion d’itinéraire importante mais hormis 2 rappels de 10 m. ça tourne tout le long. côtée TD SUP par a. BAUD, la cotation vaut plus par l’engagement et l’itinéraire que par la pente si on est amateur OU amatrice du 50°, probable première en surf.

Les photos sur snowhow.it

::... Participants ...
davide en surf comme moi, stefano et francesco en skis.

Messages et Commentaires ...
  • 17 avril 2007 de VSH - mont-blanc, face ouest directe

    - La descente est certainement une belle performance sportive.

    - Laurent est aussi un skieur-alpiniste de haut niveau qui ne craint pas les gros dénivelés à la montée.

    - La dépose depuis l’Italie ne semble pas illégale.

    - Toutefois, l’héliski ne fait pas précisément partie de l’éthique de la montagne en vigueur sur ce site (comme dans nos éditions).

    - Par conséquent, ne souhaitant pas prendre une décision unilatérale de censure, j’en appelle aux rédacteurs (et internautes) de ce site pour qu’ils donnent leur avis sur l’opportunité d’entrer ici ce type de sorties.

  • 17 avril 2007 laurent dupré - mont-blanc, face ouest directe

    bonjour volodia,
    il est vrai que l’hélico n’est pas la base de notre pratique, il nous a permis notamment une bonne reco de la face, la dépose se fait à 4000 m. et du coup on a mis le turbo (1h20) pour monter au sommet, conscient de notre relative fainéantise. je vous laisse, les internautes et toi seuls juges, et m’en remet à vos avis, n’hesitez toutefois pas à me contacter si vous souhaitez qq infos sur les conditions du moment au pays du mont blanc.

  • 17 avril 2007 raimondo cogotti - mont-blanc, face ouest directe

    Je suis aussi pour la montée à pieds autant que possible, mais très exceptionnellement pour l’hélico, quand les risques objectifs sont vraiment importants, comme pour ce genre de course... Engager la viande pour le fun ce n’est pas responsable, la descente étant déjà très pointue, pas la peine d’en rajouter...
    Dans votre cas, toutefois, pour faire le puriste, peut-être auriez-vous pu tenter la montée par les 3 Mt-Blancs, vu votre forme physique et le fait que vous soyez sur place comme D.Capozzi qui vit à Courmayeur ? allez soyons francs…

    Pour revenir sur le débat hélico, puis-je me permettre un parallèle avec le Marinelli au Rose (ce que pouvait être la face ouest du MB il y a 20 ans…) : l’année dernière on s’et retrouvé à 20 riders dans le couloir... ça enlève un peu de "magie", mais c’est un mal nécessaire, car remonter dedans c’est/ce sera toujours très dangereux vu les escadrons de blocs qui descendent de la Dufour ; et physiquement c’est pas donné à tout le monde.

    Pour conclure avec un point de vue strictement personnel et égoiste : l’hélico, qui reste un mal très très limité, c’est cool pour qui doit passer du bureau au sommet en 24h00, ça paie la frustration de vivre en ville.
    Deux limites élitistes à ceci (outre le niveau technique évidemment) :
    1) le pouvoir d’achat…
    2) le réchauffement climatique, dans 10 ans, 20 ans, pourra-t-on encore faire ces itinéraires donc si l’hélico permet d’en profiter pendant qu’il est encore temps...???

    Dans tous les cas Helico ou pas, chapeau messieurs car les 1ères de De Benedetti imposent le respect. Complimenti agli italiani !!!.
    Raimondo Cogotti – Milan

  • 17 avril 2007 jean-luc - mont-blanc, face ouest directe

    Bonjour,

    Pour info, j’avais fait en mai 2003 avec éric le couloir Saudan, certes pas jusqu’au sommet (voir commentaires) mais en partant du bas, ce qui change bien la donne par rapport à la sortie ci-dessus !
    Aurais-tu des photos de votre ligne et de la face ?
    Sinon, la route du val veny est-elle toujours bloquée dès le début ?? enneigée jusqu’où ?

    Merci.
    Jean-luc

  • 17 avril 2007 de LTA - mont-blanc, face ouest directe

    La De Benedetti en face W du Mont-Blanc est une des entreprises les plus sérieuses du massif. Tous les ingrédients de difficulté y sont et pas seulement l’ampleur et la pente : engagement, accès, exposition, éloignement, altitude... Les répétitions sont rares (y en a-t-il déjà eu ?) et la performance est donc indiscutable. Cependant quand on est comme Laurent, un très fort skieur (snowboader), l’approche en hélico gomme une bonne partie des difficultés (celles qui ne sont pas liées directement à la technique) : repérage grandement facilité, arrivé en toute fraîcheur au sommet et à l’horaire choisi... Même si la répétition de la voie est incontestable (tout comme j’attribue malgré la dépose hélico la première descente du Couturier à Cachat-Rosset), je pense que la difficulté est minorée avec ce type de moyen. Raison de plus pour informer les éventuels futurs intéressés "by fair means" comme le disait Messner sur le très sérieux de l’entreprise et les aléas.
    Concernant l’éthique, je rejoins l’avis de Volo et étant donné que le site est une vitrine de la collection Toponeige, je pense qu’il doit s’inscrire dans les mêmes exigences concernant les accès.

  • 17 avril 2007 laurent dupré - mont-blanc, face ouest directe

    l’ accès dans le val veny ne peut se faire que par la variante du tunnel qui reprend la route principale au niveau de la chapelle, qq centaines de mètres plus loin elle ne reste praticable que pour les 4x4. le retour par les remontées de courmayeur est désormais impossible, zerota étant fermée. pour les photos de nos dernières courses, sud des courtes, col sup. tr noir et mt blanc, elles devraient être en ligne sur snowhow.it demain, ds le cas contraire je te les fais suivre avec plaisir.

  • 17 avril 2007 jerome gingreau - mont-blanc, face ouest directe

    Salut,
    J’ai buter dans cette face l’annee derniere en voulant faire la face ouest classique "by fair means" - cause trop de glace. Du coup je suis interesse par qq info sur le conditions histoire de reduire un peu le risque d’un nouvel AR bredouille - comment peut-on te contacter ?

  • 17 avril 2007 chastagnol didier - mont-blanc, face ouest directe*

    bravo helico ou pas il faut quand meme prendre la decision de le faire, la plus belle face du mont blanc et ca reste quand meme du très très grand ski avec peau ou sans pour moi la rando n’est qu’1 moyen de descendre, alors ! et puis l’helico ca reste extra

  • 17 avril 2007 neanne - mont-blanc, face ouest directe*

    Votre exploit technique est remarquable mais utiliser l’hélico n’a rien de montagnard surtout en cette période de réchauffement de la planète. Vosu devez avoir une éthique et montrer l’exemple.
    bravo qd mme
    JFN

  • 17 avril 2007 neanne - mont-blanc, face ouest directe*

    VSH ,tu as cru bien faire pour l’info de le faire paraitre.
    Mais sur camptocamp ou ski tour. Cette sortie aurait ét rejetée.
    Il ne faut pas donner le baton pour se faire battre. et montrer l’exemple.
    Cordialement,
    vivement le regel effectif pour clore a saison.
    jfn

  • 17 avril 2007 de LTA - mont-blanc, face ouest directe*

    A Raimondo. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait de ne pas exposer la viande quand on peut l’éviter. Mais dans les cas cités (Mont-Blanc, Mont-Rose), comme dans la plupart des cas, il "suffit" de remonter tranquillement par les voies normales et de faire les couloirs à vue... ce qui bien sûr complique un peu la donne puisqu’il faut être sûr des conditions.

  • 17 avril 2007 Emmanuel B - mont-blanc, face ouest directe*

    C’est une belle façon de parler de Stefano de Benedetti. Mais pour ce qui est de la dépose en hélico, je ne suis pas fan, d’autant qu’il est vrai que la montée au Mont Blanc ne pose pas de réel problèmes.
    La vrai grandeur aurait été de faire la descente après la montée à pied...

  • 17 avril 2007 raimondo cogotti - mont-blanc, face ouest directe*

    A Lionel,
    On es d’accord, ainsi je commentais : "dans votre cas, toutefois, pour faire le puriste, peut-être auriez-vous pu tenter la montée par les 3 Mt-Blancs, vu votre forme physique et le fait que vous soyez sur place comme D.Capozzi qui vit à Courmayeur ? allez soyons francs…".

    Je suis d’accord que descendre une face que tu as remonté est bien plus gratifiant, et te donne l’avantage de repérer la descente de façon précise. Mais dans ce cas il faut monter à pieds depuis le Val Veny : très belle entreprise et peut-être la seule "by fair means". Dans ce cas il faut une grosse condition physique.
    Dans ce cas comment ne pas craquer sur un plan hélico pour aller se rider cette face mythique ? allez soyons honnêtes…

    Après ça reste des "variantes", qui te conduisent à le faire "à vue". Par les 3 MB, par l’Helbronner, ou en hélico, pour moi c’est une question de niveau du curseur.

    L’hélico ça fait du bruit mais défigure moins la montagne que la benne de l’Aiguille du midi et ça importe moins de touristes à 3.800 m. Imaginons les faces nord d’Argentière sans les Grands M. les Cosmiques, l’Envers du Plan (la liste est longue)…

    Pour l’acte sportif en soi, s’engager dans cette face avec "seulement" un repérage hélico, sans traces précédentes ou sans info d’alpinistes fraîchement sortis de la voie, ça reste bien engagé...
    Ceci dit, prenons le cas du " puriste " qui es en train de remonter une face et qui voit débarquer une horde de riders du ciel lui taxer la trace, je comprendrais qu’il ai les boules (j’ai testé)... :-(
    PS : en tous cas depuis mon bureau cette belle descente m’a fait bien rever et je ne suis certainement pas le seul...

  • 18 avril 2007 JC Peres - mont-blanc, face ouest directe*

    Je ne donnerai pas mon avis sur les performances de la sortie n’étant pas compétent en matière de pentes raides, donc je ne réagirai que à " l’héliski ".

    Je suis surpris de lire cette sortie sur ce site. Je ne retiens de cette sortie que " hélico " qui m’a sauté aux yeux et non " Mont Blanc Face Ouest ".
    Mise à part l’agression visuelle (et sonore), je trouve que ce type de sortie met réellement en danger l’éthique de la montagne qui a toujours été respectée sur Volopress et dans les topos.
    Je suis donc pour la censure … mais je suis certain que le rédacteur de la sortie aura plein d’autres belles sorties à nous présenter en toute éthique.

    JCP

  • 18 avril 2007 de LAL - mont-blanc, face ouest directe*

    "....Par les 3 MB, par l’Helbronner, ou en hélico, pour moi c’est une question de niveau du curseur....."

    => merci Raimondo d’avoir appuyé là ou ça fait mal !

  • 18 avril 2007 Christophe Heydel - mont-blanc, face ouest directe*

    "Par les 3 MB, par l’Helbronner, ou en hélico, pour moi c’est une question de niveau du curseur."

    Tu as entièrement raison. Si on remonte un peu plus loin dans le temps, le niveau du curseur se situerait sur l’usage de la voiture ou du train. Les "approches" en vélo de certaines faces nord dans les années 30 n’ont pas du faciliter les hold up. :-)
    Une sortie est une sortie. Une info est une info. Je ne vois pas pourquoi il faudrait censurer. A chaqu’un de savoir, s’il souhaite répéter avec ou sans hélicoptère, avec ou sans téléphériques.
    Bien évidemment, la question de la "hiérarchisation de la performance sportive" peut très rapidement se poser quand on diffuse ce genre de sortie. Pour cela, il est seulement indispensable de donner clairement les conditions de la réalisation (avec dépose en hélicoptère).

  • 18 avril 2007 david - mont-blanc, face ouest directe*

    A l’heure des conditions en quasi direct via le net, des webcams, des stations nivoses, des skis ’fats’, du piolet biscornu, du téléphone portable, que reste t’il encore...
    Il ne reste plus que le style, le style c’est tout

  • 18 avril 2007 Sylvain Meyet - mont-blanc, face ouest directe*

    Salut

    C’est la première fois que j’interviens sur ce site, et je suis désolé que ce soit pour émettre un avis aussi tranché et négatif que celui que je vais développer. Mais pour moi, l’hélico ne peut pas être " un mal nécessaire " et les arguments du type " l’hélico ça fait du bruit mais défigure moins la montagne que la benne de l’Aiguille du midi " sont des arguties spécieuses masquant les réelles raisons d’une telle pratique.

    La phrase qui me fait réagir, c’est celle-là : " Par les 3 MB, par l’Helbronner, ou en hélico, pour moi c’est une question de niveau du curseur. " Pour moi, non, ce n’est pas une question de curseur. L’hélico ce serait comme le téléphérique de l’Aiguille du Midi ? Non, définitivement non ! Pour deux raisons, l’une tenant à la fréquentation de la haute montagne (certains diraient sa marchandisation) et l’autre à une certaine éthique qui tient à cœur à la majorité des pratiquants.

    Un exemple évident et emblématique le montre bien : le couloir Gervasutti au Mont Blanc du Tacul. C’est un bon exemple car peu de personnes le remontent encore à cause des dangers objectifs élevés (même si je connais des skieurs/snowboardeurs qui l’ont remonté). En traversée, l’accès est aisé, moins de 700m de D+ de course de niveau PD, pour pouvoir skier un couloir mythique. Peu de compétences alpines nécessaires, peu de dénivelé, alors quelle est la différence avec l’hélico ? La différence est simple, si les déposes étaient permises en France, quelques riders pourraient sans doute enchaîner 10-15 descentes du couloir dans la matinée, l’hélico faisant la navette. Ce serait plus sécu, ils pourraient faire une reconnaissance à la première montée et ils ne seraient pas fatigués avant la descente. Alors, l’hélico est-il de même nature que le téléphérique de l’Aiguille ? Pour moi, non.

    Le deuxième aspect est plus personnel et il n’est pas du tout dans mon intention de vouloir l’imposer à qui que ce soit. Il tient aux raisons qui nous poussent à fréquenter la haute montagne. Pour moi, la pente raide est une forme d’alpinisme. C’est une exigence personnelle se confrontant aux difficultés opposées par la montagne. Atteindre le sommet et le descendre " by fair means " est plus important pour moi que de cocher une croix sur un topo. Descendre à tout prix, " bricolant " là où notre patience et/ou notre connaissance de la montagne a été prise en défaut, est une erreur. Savoir renoncer dans ces cas-là, c’est savoir préserver l’esthétisme de sa ligne. Alors, que dire des descentes héliportées ? Quel rapport à la montagne traduisent-elles ?
    Le Cerro Torre a bien été gravi en plantant un spit tous les mètres… Qui applaudira lorsque le Hornbein sera descendu après montée et repérage en hélico ?

    La réalité des déposes hélico est pour moi bien loin de tous les arguments énoncés à propos de la sécurité etc. Il suffit de laisser parler un tout petit peu ses défenseurs pour le comprendre : " Pour conclure avec un point de vue strictement personnel et égoiste : l’hélico, qui reste un mal très très limité, c’est cool pour qui doit passer du bureau au sommet en 24h00, ça paie la frustration de vivre en ville. " A chacun sa montagne. Celle-ci n’est pas la mienne.

    Sylvain

    Ps : ceci ne remet pas du tout en cause la technicité et l’engagement de cette descente. Sa beauté par contre…

  • 18 avril 2007 Federico Negri - mont-blanc, face ouest directe*

    1. Chapeau pour la descente des gars.

    2. Je pense que Davide & C. ils sont très preparés, aussi phisiquement. Pour arreter la polemique, la solution pourrait etre : retourner sur le Mont Blanc, en suivant la trace de De Benedetti, à la mème façon de Stefano : à la montée aussi.
    Après ça, personne aurait rien à dire.

    3. Par contre, le risque de la tendence d’utiliser de plus en plus l’helico est de transformer une vrai aventure, l’approche à la face sud ouest, dans un jeu comme celui du couloir Marinelli au Monte Rosa...

  • 18 avril 2007 plaisant - mont-blanc, face ouest directe*

    c’est du grand n’importe quoi en 2007 et vu les enjeux pour notre pratique à tous et l’environnement, pour moi il n’y a pas débat en tout cas sur Volopress. Quand j’entends hélico je sort mon révolver et j’espère que je ne suis pas le seul. Peu importe la perf en ski une montagne ça se monte avant de se redescendre. Mountain wilderness recommence à se bouger concernant l’héliski et les dérapages de nombreuses agences qui proposent maintenant carrément des déposes illègales.Quant à l’exploit ça me coute 20 euros pour aller acheter un DVD de free ride en alaska il y a de la pente et des hélicos.

  • 18 avril 2007 guillaume - mont-blanc, face ouest directe*

    Censure ou auto-censure ?
    Sachant qu’à skis de rando la montée occupe plus de 70% du temps, c’est un peu dommage d’occulter cette partie par des moyens mécaniques.
    Aurait-on l’idée d’inscrire une sortie en station si on n’a fait que du hors-piste ? Pour moi, cela s’inscrit plus dans une pratique free-ride ou un truc du genre (même si la descente est mythique).

  • 18 avril 2007 Michel - mont-blanc, face ouest directe*

    Tout à fait d’accord avec l’avis de Sylvain, et en même temps un peu déçu que ça tombe chez "Volodia" un site sur le ski-alpinisme par excellence....

  • 19 avril 2007 Christophe Heydel - mont-blanc, face ouest directe*

    Les problématiques "éthiques – style " sont complexes, évolutives et relatives. A chacun d’avoir son opinion mais je pense que cette opinion "éthique" doit être séparé de la volonté de diffuser des informations sur une sortie. Ethique et diffusion de l’information sont 2 choses totalement différentes. La censure d’une sortie n’est que le reflet de vouloir imposer une certaine "éthique". La question n’est pas : "c’est bien ou ce n’est pas bien de prendre l’hélico" mais plutôt "faut il censurer une sortie en fonction du style". Est-ce que les médias traditionnels censurent des informations sous prétextes que la majorité du public du moment n’est pas d’accord avec cette information ?

    Est-ce qu’ils ont descendu une pente à ski et ont donné des infos me permettant éventuellement d’y aller ? Oui et c’est la seule chose qui doit importer. A moi de savoir dans quel style je souhaite faire la course. Surtout que l’hélicoptère n’a pas laissé de traces dans la voie et que je pourrais donc parfaitement réalisé cette course dans le style qui me convient (devant mon PC en regardant les photos de Laurent :-). Les 2 pitons laissés ont plus d’impact sur la voie que l’hélicoptère.

  • 19 avril 2007 laurent dupre - mont-blanc, face ouest directe*

    Bonjour à tous,

    compte tenu des réactions suscitées par notre descente, je souhaite apporter qq précisions. tout d’abord le but premier était l’information concernant les conditions de cette face, comme le font les autres rédacteurs, je n’avais en aucun cas la volonté de promouvoir les moyens héliportés et encore moins de ternir l’image de volodia, des rédacteurs de volopress ainsi que tous ceux utilisateurs de ce site. beaucoup d’entre vous nous jugent, plus ou moins durement mais hormis olivier, aucuns ne nous connaissent, l’hélico n’est pas dans nos habitudes, la benne des grands ou de l’aiguille bien plus souvent il est vrai (je vis à chamonix), mais tout comme vous 99% du temps je charrie mes skis comme mon surf n’hésitant pas à marcher également plusieurs heures durant l’été afin de simplement aller repérer de nouvelles sorties. alors oui je fais amende honorable pour cette sortie hélico mais je vois avec déception que l’on ne retient que cela et pas d’autres courses rentrées sur le site qui peut-être donnent une idée un peu plus exacte de notre pratique habituelle.

    Notre but n’est pas de cocher des courses sur un topo, mais de prendre plaisir entre amis à faire de belles descentes, nous privilégions c’est vrai la descente plus que la montée en transportant un matériel souvent lourd mais dans la pratique nous montons ce que nous descendons tout comme chacun d’entre vous. le choix d’un itinéraire est determiné par les conditions du moment même si nous l’avons parcouru plus que par une course à mettre des croix dans un livre.

    je remercie volodia de sa confiance lorsqu’il m’avait habilité sur volo et si ma pratique et mon état d’esprit semble en déphasage complet avec vous tous, je le remercie de bien vouloir supprimer mes habilitations.

    Toutefois vous pouvez me contacter si vous pensez que je puisse vous donner des infos sur le massif du mont-blanc, j’essaierai au mieux de vous renseigner. 06.86.27.01.20.

    amicalement.

    laurent.

    [ADMIN : email supprimé : un clic sur les initiales de l’auteur de la sortie (en haut de page) permet de le contacter]

  • 19 avril 2007 Cédric - mont-blanc, face ouest directe*

    Bonjour à tous,
    Point de vue d’un modeste pratiquant de montagne...
    Pour répondre d’abord à Christophe sur "faut-il censurer une sortie en fonction du style ?". Je ne pense pas qu’il s’agisse ici de censure puisque le Net est ouvert à toutes et à tous et que si un site ne t’accepte pas, un autre s’en fera un plaisir. En réalité, chaque point de vue à sa place... dans un site conforme à son éthique. Donc oui, je trouve important que ce site conserve une éthique et s’y tienne.
    Ensuite il ne s’agit ici pas de "censurer" Laurent mais cette sortie en particulier, ce qui ne remet pas en cause ses autres contributions au site, lors de sorties dans "l’éthique montagne", qui représentent appremment (et même si je ne le connais pas) l’essentiel de sa pratique.
    Pour en venir à la question de fond (enfin se disent-ils ! ;o) ), je suis personnellement adepte d’une montagne vierge de tout équipement, voire de toute forme d’anthropisation agressive de celle-ci, et me régale tout autant à la montée et à la descente. Mais plus que tout, j’accepte qu’il y ait des courses que je ne ferai jamais, simplement parce que je n’ai ni le niveau technique, ni le niveau d’engagement nécessaires et je trouve particulièrement belle cette inaccessibilité durable d’une partie de ces montagnes que j’aime et qui me régalent de leur seule image, mouvante au gré des saisons et des couleurs du ciel, simplement là, en les regardant, sans avoir systématiquement besoin de les conquérir. J’utilise volontairement ce terme de "conquérir" puisque cette vision, clairement liée à un égo qu’on ne maîtrise plus, est à mon sens à l’origine de cette dérive de la pratique de la montagne.
    La montagne fait partie de notre patrimoine naturel commun, elle ne doit pas devenir le défouloir de nos égos démesurés, au prix de mécanisations massives, qu’elles soient permanentes ou "temporaires", sporadiques ou isolées, bref, je ne trouve certainement pas le bon terme mais vous me comprenez.
    amicalement,
    Cédric

  • 19 avril 2007 de LTA - mont-blanc, face ouest directe*

    Laurent, je ne pense pas que les lecteurs retiennent de toi uniquement cet acte "hélico" et en tous cas ce n’est pas ma vision de la chose. Tu as déjà rentré plusieurs courses de haut niveau et tes réalisations ne laissent pas indifférent y compris cette descente de la De Benedetti versant W du Mont-Blanc. Elles sont aussi très utiles pour un certain nombre d’amateurs de pente dont je fais partie ou même simplement pour rêver (si d’ailleurs tu pouvais y joindre deux ou trois photos...) Nous sommes simplement nombreux à ne pas cautionner cette pratique héliportée et c’est dans ce sens que vont les réactions. En ce qui concerne la censure évoquée, je ne suis pas pour et je préfère laisser les gens réagir et partager les points de vue comme cela a été fait ici. Et pour la suite, j’espère continuer à profiter de tes informations sur toutes les futures pentes du Mont-Blanc (et d’ailleurs) que tu auras l’occasion de descendre.

  • 20 avril 2007 tlmk - mont-blanc, face ouest directe*

    Tous cela dénote de pas mal d’orgueil et de vanité.
    Pourquoi faut-il que l’homme n’accepte pas parfois de reculer, de s’abstenir, et d’admettre que la montagne puisse s’imposer, sans lui en faire payer le prix par dégration et atteinte à son image ?
    Ces ’exploits’ après assistance, informations et accès héliporté détruisent complètement le mythe et la référence. C’est bien dommage.

  • 25 avril 2007 Pil - mont-blanc, face ouest directe*

    Bonjour Laurent,

    Je suis désolé, mais malgré le niveau de la réalisation et tout et tout, la dépose en hélico lui enlève toute valeur.
    Merci de vite en enlever la description du site volo et de votre palmarès, elle fait trop tache dessus.
    Ce que vous avez fait n’est certes pas illégal en Italie du moins, mais vous avez triché. Le faire ainsi en finassant avec la réglementation n’est pas très honorable.

    Où va t’on si sous prétexte de fournir les renseignement sur les conditions, on survole tout en hélico avant ou on se fait déposer à proximité du départ ? Bien sûr, un vol ce n’est pas une catastrophe, mais demain ce sera 10, 20 ...
    Le fait que vous soyez de plus quelqu’un capable de réaliser la course par ’fair mean’ rend la chose plus triste. Cela vous donne au contraire une responsabilité additionnelle que vous n’avez pas assumée.

    Encore désolé d’être dur, mais j’ai l’optimisme d’espérer que les critiques vous amèneront à une meilleure éthique dans le futur.


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP