Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
Neige

Février 2020

jeudi 27 février 2020 par YETIS

27/02. vsh. Les chutes de neige des 26-27 ont été de l’ordre de 15-20 cm à 1250 en Chartreuse et 20-30 à 1750.Le 27 à 16h00 la LPN est remontée à 1500 et au-dessus de la neige roulée momentanément. La neige était dense jusqu’à 1750 et sans doute au-delà avec alternance de zones déplumées et accumulées.

25/02. vsh. En espérant que cette fois la prévision de chutes de neige se vérifiera. Ce mois de février a connu des températures printanières pour le meilleur et pour le pire.
- le pire : pas de ski correct à l’ouest, notamment les massifs de l’Isère en-dessous de 1400, sauf quelques routes ou pistes bien orientées.
- le meilleur : des conditions de neige transformée, agréable à skier et un risque d’avalanche en général faible jusqu’à 3000.

Une situation pas originale.
- En 1976, après de fortes chutes de neige à l’automne, il n’était tombé qu’une fois 40 cm en février (observation faite aux Arcs). Cette année-là le déficit n’était pas dû à la pluie mais à la sécheresse, qui avait aussi affecté les pentes de haute montagne (rimaye béante au couloir Whymper au mois de mai). A l’inverse, cette année 2020, les précipitations sous forme de pluie qui ont réduit le manteau neigeux sous 2200 (en moyenne,) ont copieusement garni la haute montagne (le 25/02/2020, 280 cm aux nivoses de Bellecôte et de Bonnepierre).
- en 1980 après de fortes chutes de neige en début d’hiver, on relevait 100 cm à Pipay (1550), lesquels avaient entièrement fondu à la suite de fortes chaleur au mois de février. Et puis cette couche de neige s’était reconstituée au mois de mars.

On peut aussi espérer fin-février/début mars des chutes de neige comme celles de 2005 à cette époque…

05/02. vsh. Un petit supplément de neige le 4/02 (20 cm au-dessus de 1200, en moyenne) qui n’a pas rétabli le déficit engendré par le redoux des 1 et 2/02. Si l’on se fie aux nivoses de meteofrance la zone d’équilibre semble s’être établie autour de 2400 m. Au col de Porte (1300) on est parti de 65cm fin janvier pour se retrouver le 5/02 à 55 cm après une fonte le 2 février (35 cm). Au col de l’Aigleton (2240) le niveau n’a pas été rattrapé : 225->200->215. La haute montagne a bien entendu profité de la situation : Bellecôte (240->270) Bonnepierre (210-240).

Les dernières chutes ont été accompagnées de vents forts : rafales mesurées à 228 km/h au glacier du Pisaillas (3200) et encore 148 km/h ) mille mètres plus bas à la croix de Chamrousse.

Les conditions de ski issues de ces épisodes ne sont pas mirobolantes. Neige ventée ou glace en altitude. Plus bas la nouvelle couche, bien qu’assez dense, glisse sur la glace laissée par l’épisode pluvieux dès 25-30° de pente.

02/02. vsh. Le déluge annoncé s’est produit avec de fortes pluies le 1 et le 2 jusqu’à 2600, voir plus localement. Un phénomène pas inédit, puisque fin janvier-début février 1978, après de fortes chutes de neige y compris en moyenne montagne, le redoux avait frappé jusqu’à 2800 avec comme conséquence de copieuses avalanches détruisant de vieux chalets, dans l’Eau d’Olle et la Lignarre (entre autres). Il en est fait mention page 305 du toponeige CDV (2012).

Voir aussi la relation sur Persee qui rappelle que les précipitations du 31/01 au 02/02 1978 s’étaient produites avec un isotherme 0° à 3000


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP