Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[avalanche] [nivologie] [press&web] Neige

Une saison meurtrière

dimanche 6 août 2006 par EICHINGER Cécile

Dans un article de sa revue « Neige et Avalanches » (Juin 2006) l’Anena dresse le bilan en matière d’accidents mortels d’avalanche de la saison 2005/06, une saison malheureusement atypique.

La saison 2005/06 enregistre le plus grand nombre d’accidents mortels d’avalanche avec 49 décès pour 55 accidents survenus. C’est, depuis la saison 1971-72 – début du recensement des accidents par l’Anena – « l’hiver le plus meurtrier que la France ait jamais connu ». Les accidents en hors-piste sont les plus nombreux (25) suivis du ski de randonnée (17). Ramenés au nombre estimé de pratiquants, c’est évidemment le ski de randonnée qui, proportionnellement, compte le plus grand nombre de décès. (L’Anena estime les hors-pistards entre 1 et 3 millions et les randonneurs à 130 000).
La plupart des accidents sont survenus dans les premiers mois de la saison (décembre, janvier et février) et sur des périodes très courtes (de 2 à 3 jours consécutifs).
Selon l’auteur de l’article, ce sont avant tout les conditions météorologiques du début d’hiver caractérisé par un manteau neigeux particulièrement fragile qui s’est prolongé en l’absence « d’épisode de pluie significatif qui aurait pu consolider le manteau neigeux… » qui expliquent ce bilan élevé plus que le comportement des skieurs. En effet même si celui-ci s’est modifié au cours des années (on pense notamment à une pratique de la montage enneigée plus précoce dans la saison) il ne peut, toujours selon l’auteur, être exclusivement à l’origine du nombre élevé de ces accidents (plus du double par rapport aux cinq derniers hivers).

Pourtant la fréquentation précoce de la montagne l’hiver (dès novembre) ne peut être écartée comme facteur explicatif puisque les skieurs s’exposent de ce fait davantage. Que peut-on faire pour tenter de limiter la survenue de ces accidents ? Il semble que le renforcement de l’information et de la formation soient les seules armes de protection possibles, des armes indispensables surtout dans un contexte grandissant d’interdictions.


Proposer un commentaire

Dans cette rubrique

accueil | espace privé | site sous SPIP