Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[matériel] Matériel

Matos 2019, quoi de neuf ?

vendredi 16 novembre 2018 par SHAHSHAHANI Volodia

L’offre pour les skis, les fixations et même les chaussures est pléthorique avec des dizaines de modèles pour chacun de ces articles. Mais quoi de neuf ?

Les fixations

Entre les lourds modèles de hors-piste ("free-ride") de un à deux kilos la paire et les fixations ultra légères et dépouillées de compétition à 200 gr./paire, l’offre reste importante avec quelques nouveautés, parmi lesquelles il est fait grand cas de la Marker Alpinist.
Dans sa version la plus légère (la 9) elle dépasse à peine les 500 g (avec les vis), dispose d’un réglage arrière de 15 mm et trois positions de montée mais une seule s’obtient sans rotation : c’est l’intermédiaire, à clapet comme les modèles courses, et c’est aussi la plus utile (30 à 40mm suivant les marques). On peut ajouter une paire de frein-skis de 140gr. Le prix moyen (300€ sans frein et sans couteau) est à peine supérieur à ceux des Dynafit Speed Turn et Plum Guide, fixations de tourisme les plus répandues.

La Marker est également moins chère et plus légère que les modèles intermédiaires, Atomic/Salomon, Atk etc. avec lesquelles elle peut être considérée comme une fixation "à déclenchement" sur le plan latéral plutôt qu’une fixation de sécurité. Et c’est ici, selon moi, que le bât blesse. La rotation latérale est du type on/off, sans véritable élasticité comme c’est le cas de toute fixation de ski alpin…et déjà le cas de la toute première low tech apparue il y a trente trois ans (660gr avec vis) ! Marker a bien pensé à l’élasticité longitudinale, en vue de compenser la flexion du ski…mais est-ce vraiment essentiel pour un ski de rando traditionnel ? Et même plus, quand on regarde évoluer des skieurs tels que les champions beaufortains Bon Mardion-Gachet, il y a de la marge pour un skieur de randonnée avant d’éclater son ski sur une compression. Même sans la norme TÜV accordée seulement aux fixations lourdes, certains randonneurs resteront sans doute fidèles aux classiques Speed Turn et Plum Guide qui, à 750 gr/paire (soit 250 de plus que la Marker) et nonobstant des premières hauteurs de cale trop importantes (respectivement 55 et 60 mm) conservent cette élasticité latérale, garante de meilleurs réglages de sécurité.

Et si l’on veut le beurre et l’argent du beurre ? Trop tard il se trouve sur la Dynafit Superlite 1 (rouge, 3 vis arrière) qui ne se fait plus. Je me félicite d’en avoir stocké plusieurs paires avant qu’elle ne soit abandonnée.
Description ici
Comparatif avec la SpeedSuperlite 2 là

Quant au stop-ski non proposé par Dynafit sur la SpeedSuperlite 1, on peut combler cette lacune avec le modèle Kreuzspitze :
- 190 gr/paire avec les bloqueurs
- prix 120€
- possibilité de bloqueurs supplémentaires (15€) à placer sur une autre paire de skis.

Précision. Ce stop-ski ne se place (facilement dans le support couteau) que pour la descente. A la montée il est dans le sac donc discutable en rando mais intéressant sur un ski que l’on veut utiliser sur piste. (photo).

Les skis

Privé de ski depuis plus d’un an je me reporterai au numéro de novembre 2019 de Montagnes Magazine, où, enfin, on nous donne à lire quelque chose qui commence à ressembler à un test (avec notation) et non une simple vitrine commentée. Dans la catégorie "skis larges", définis par une largeur de +/- 95mm au patin, 17 skis ont été essayés, de taille et poids variables, de 2400gr/paire en 170 cm à 3 kilos. Les rayons de courbe tournent autour des 20 m. Les skis sont notés sur 5 pour sept critères.
Les données sont celles de Montagnes Magazine : ldc = ligne de cotes : R= rayon. Les prix sont ceux recommandés par les fabricants

Les deux skis arrivés en tête sont les plus légers :

BLIZZARD Zéro G 95 : 2380gr/171 cm ; ldc 128/95/112 R=20m
note globale 31 sur 35 ; 650 €.
MOUVEMENT Alptracks 100 : 2400gr/170 cm ; ldc 130/100/118 ; R= 18m
note globale 30 sur 35 ; 1000 €

D’autres skis, qui reçoivent aussi un "award" des testeurs, sont distancés bien que sensiblement plus lourds.
DYNASTAR Mythic 97 CA : 2900gr/177 cm ; ldc 133/97/113 ; R=15m
note globale 27 sur 35 ; 850 €.
BLACK CROWS Camox Freebird : 2750gr/178 cm ; ldc 133/96/114 ; R=17m
note globale 26 sur 35 ; 600 €.
ELAN Ibex Carbon 94 : 2800gr/170 cm ; ldc 130/94/111 ; R=20 m
note globale 26 sur 35 ; 600 €.

SSL1+stop sur Blizzard G95
Fixation Dynafit Speed Superlite 1 avec stop ski Kreuzspitze

Messages et Commentaires ...
  • 16 novembre 2018 MAN - Fix et skis

    Salut,
    on peut rajouter dans les nouvelles fix les ATK crest qui a une élasticité latérale et qui conserve tous réglages de sécurité pour le déclenchement. Elles sont 100e plus cher que les Marker mais on peut les trouver au même prix dans certains packs. Le poids et très intéressant même avec les stop ski 560g la paire.
    Pour les skis pas vraiment une nouveauté mais les Volkl VTA98 qui ont de bon retour,j’espère retrouver un peu de l’himalaya dans ce ski, surement moins sec que le Zero G95. Bref c’est mon montage de la saison et je ferai un retour une fois que j’aurai pu tester.

  • 23 novembre 2018 VSH - élasticté latérale

    Non pour l’ATK Crest au sens défini ci-dessus. Elle ne peut se comparer à une sécurité alpine ce que l’on retrouve sur des fixations de rando telles que Plum Guide ou Dynafit Speed. Elle appartient à la même catégorie que ces "intermédiaires" dérivées des fixations de course à déclenchement.

  • 24 novembre 2018 MAN - précision.

    En fait je me suis trompé dans mon commentaire précédent je voulais parler d’elasticité longitudinale.
    Par contre par rapport aux réglages de déclenchement je ne vois pas la différence entre la plum (si ce n’est la valeur de 12) et la crest.

  • 24 novembre 2018 VSH - l’angle pas la valeur

    Salut Nico,
    La valeur de déclenchement n’est pas en cause ici. On peut mesurer l’élasticité latérale d’une fixation à 5 comme à 10. Tu places ta chaussure dans la fixation en position descente ; à la main tu pousses la chaussure latéralement aussi loin que possible, juste avant le déclenchement. Tu lâches tout : la chaussure revient toute seule dans l’axe (longitudinal) du ski. Sur une fixation de type alpin, l’angle est supérieur à 60°. Cette manip simule les petits déplacements latéraux de la chaussure qu’on ne perçoit pas quand on skie. Sur une fixation du type des actuelles "compet" (ou dérivées), que j’appelle "fixation à déclenchement", on n’a pas ce mouvement, l’angle est beaucoup plus faible, c’est souvent du "on/off". Du coup, pour éviter des déchaussages intempestifs, on aura tendance à augmenter la valeur de déclenchement, au détriment de la sécurité.

  • 24 novembre 2018 MAN

    Merci pour ces précisions, je n’étais pas au courant de ces points techniques.

  • 24 novembre 2018 david lavie - complément

    Bonjour,
    Sujet intéressant. Je rajouterais que sur les "fixs élastiques", les nouvelles chaussures rigides (carbone mais pas que) font que l’avant a tendance à décrocher avant l’arrière sur un choc latéral, chose qu’on n’avait pas avec des chaussures molles de type TLT3. C’est pourquoi les ressorts des avants ont été durcis par les fabricants, pour que l’arrière déclenche en premier. ça fonctionne plutôt bien.
    Pour les "fixs à déclenchement", en contrepartie, les fabricants annoncent une meilleure conduite du ski. Je skie avec des Guide "élastiques" et des ATK RT "à déclenchement", j’ai du mal à évaluer "la meilleure conduite du ski".
    A dureté égale, j’ai très rarement des déclenchements intempestifs sur les fixs à déclenchement (et jamais sur les fixs élastiques). Je vérifie à chaque chaussage que les inserts avant ne sont pas remplis de glace par un petit mouvement vertical et un blocage/déblocage de l’avant.
    Bon ski,

  • 7 décembre 2018 MAN - VTA98 et ATk Creste

    J’ai plus les tester 2 fois, aujourd’hui est la plus concluante car plus en forme pour les solliciter. Dans la neige poudreuse il fait le boulot, ça tourne tout seul. Sur piste dur, travaillé le ski est sain, même en allant vite, je n’ai pas eu la sensation de spatule qui tape, il rentre en courbe facilement et l’appui est bon sur la carre. Le ski accélère en sortie de courbe si on veut tout en étant stable. Dans les parties un peu bosselé le ski est stable, on se sent en sécurité. Une bonne surprise. (en tout cas j’ai de bien meilleur sensation qu’avec le Zero G95)
    L’ATK crest est aussi une bonne surprise. Facile d’utilisation. J’ai pu taper dedans sur la piste, petits sauts, rien n’a bougé. Je suis réglé un peu faible en début de saison (8) et je n’ai pas bloqué l’avant. Pas de déchaussement ou sensation bizarre sur les appuis. A confirmer par la suite.


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP