Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[BDS] [voloblog] Infos

Crif -Israel : Grenoble dérape

mercredi 20 janvier 2016 par SHAHSHAHANI Volodia

Une nouvelle fois le maire de Grenoble, Eric Piolle s’est livré à une opération de communication en faveur du régime d’Apartheid qui sévit en Palestine. Le prétexte cette fois a été une invitation le 17 janvier 2016 par la section grenobloise du CRIF, qui n’est rien d’autre qu’un Conseil Représentatif d’Israel en France . Pour faire bonne mesure ils n’avaient pas trouvé mieux que de faire intervenir l’imam Chalghoumy, familier des génuflexions auprès des sionistes. Pour s’en convaincre, voir l’interview de cet "imam" sur le blog De Grenoble à Gaza"

Déjà en 2014, après les bombardements de Gaza, le maire de Grenoble avait refusé de supprimer le jumelage avec la ville sioniste de Rehovot. Cette fois, le maire n’est pas seul en cause puisque cette invitation émane de son conseil municipal (comme signalé sur l’invitation).

La municipalité de Grenoble n’a pas à endosser la prétention du CRIF à parler au nom des "juifs" de Grenoble. Voir cet article de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) qui dénie au CRIF le droit de parler au nom des "juifs de France"

Sur l’état de fascisation de la société israélienne et pas seulement de sa soi-disant "extrême droite", voir cet article du journaliste israélien de Haaretz, Gideon Levy

Il y a au Proche-Orient deux états terroristes portant le même sigle : EI, l’Etat d’Israel et l’Etat Islamique. Mais chez nous, y compris à Grenoble, il y a deux poids deux mesures.
Pour les "Musulmans", ou présumés tels, il est demandé du matin au soir de se désolidariser de l’EI ("Etat Islamique") qui prétend s’exprimer en leur nom alors que de leurs rangs, jamais on n’a observé le moindre signe d’approbation. A l’inverse, ceux qui prétendent parler au nom des "Juifs", tels le CRIF, eux peuvent sans souci afficher leur solidarité avec un EI ("Etat d’Israel"), hors de toute légalité internationale depuis un demi-siècle.

A moins d’avoir des convictions sionistes bien ancrées (dans ce cas il faut le clamer, comme un BHL ou un Goasgen !) un politicien français n’a rien à gagner à s’acoquiner avec le lobby sioniste. Au mieux, en appliquant comme le fait l’INED un coefficient de 33%, le CRIF ne pourrait prétendre représenter que 200 000 croyants effectifs sur les 600 000 "français juifs" habituellement revendiqués. Electoralement c’est dix fois moins que la portion de population musulmane effectivement croyante (2 millions avec le même coefficient de 33% appliqué aux 6 millions de Français présumés "musulmans".)

Le seul bénéfice à escompter en s’agenouillant devant le CRIF est à rechercher dans le reconnaissance de la presse-système. Compte tenu du discrédit qui frappe cette dernière, le calcul devient de moins en moins payant.

In fine, si je m’insurge de ce dérapage c’est parce qu’il est commis "chez moi" (Grenoble) et que je pourrais être désigné comme "juif" en raison de mon ascendance maternelle. Justement celle-ci a été aux antipodes du sionisme comme on peut le voir dans les documents joints :
- "Joseph R 1919" : une réfutation des prétentions sionistes sur la Palestine par mon arrière-grand-oncle Joseph Reinach (qui fut aussi député des Basses-Alpes, le 04).


- "les frères reinach" :présente la fratrie, dont mon arrière-grand-père, Théodore Reinach. Et ce dernier n’était pas tout à fait étranger à notre activité favorite en demandant "pélerines contre le froid pour les facteurs et skis pour se déplacer plus aisément"

avec un vibrant plaidoyer pour le ski dans ce discours qu’il fit à la Chambre en 1911 en qualité de député de la Savoie :

"Depuis quelques années on a introduit dans nos régions alpines un appareil que vous connaissez bien, originaire des pays scandinaves, et qui facilite singulièrement la circulation en terrain de montagne pendant les temps de neige. C’est le ski : ce sont de longs patins en bois recourbé, à silhouette élégante, solidement reliés aux pieds par des courroies et qui permettent au montagnard en s’aidant de deux cannes pour assurer son équilibre, de glisser avec une rapidité surprenante et sans danger sur des pentes neigeuses, puis de les remonter sans trop de peine, soit en gardant les skis aux pieds, soit en les tenant à la main."


Proposer un commentaire

BDS

accueil | espace privé | site sous SPIP