Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
[nivologie] Neige

Neige meuble ?

mardi 28 décembre 2004 par SHAHSHAHANI Volodia

Des questions ayant été à nouveau posées sur cette dénomination figurant dans les champs neige de la fiche course, je profite de l’occasion pour faire un petit rappel.
Lors de la mise en place de la nouvelle grille course (janvier 2004) nous avons décidé de maintenir le champ "total" et de supprimer le champ "récente" trop connoté chronologiquement alors que nous y rangions aussi bien la neige qui venait de tomber que de vieilles poudreuses remontant parfois à plusieurs semaines (ou mois) dans des zones abritées, restées froides et sans apport de nouvelles précipitations. Nous avons alors hésité entre plusieurs notions tenant compte de l’évolution, pour finir par rejeter le concept de "non évoluée", trop confus. Avec Jacques Villecrose, nous avons alors décidé de retenir le terme "meuble" pour désigner toutes les neiges n’ayant pas été transformées par le vent ou le regel, autrement dit des neiges profondes, à l’exclusion des neiges pourries gorgées d’eau.

Le champ neige n’a pas l’ambition d’être "nivologiquement correct" mais de permettre une lecture rapide par une observation empirique. C’est dans cet esprit que nous avons alors décidé de quantifier la neige dite "meuble" par "un enfoncement énergique du baton avec sa rondelle", ce qui est souvent assez différent de l’enfoncement des skis, mais peut se rapprocher de l’enfoncement du piéton (sans raquettes).

Ainsi dans l’épisode actuel, en zone froide au-dessus de 1700-1800 m, j’ai pour ma part additionné les neiges du 18 décembre et celles du 25 car la rondelle passe très facilement (même pas énergiquement) à travers la fine croute qui les sépare.

Il reste évident que tout ceci est fort peu scientifique, mais faute de mieux, reste compréhensible pour l’usager. Le champ de texte "nivologie" permet de détailler ou de donner des explications plus completes avec les mots de chacun, en attendant la mise au point d’un lexique commun. Exemple, dans le cas présent, après avoir comptabilisé toutes les dernières précipitations en "meuble", il peut être pertinent de les singulariser par leurs densités et décrire la nature (solidité, épaisseur…) des croutes intercalaires. Le débat reste bien sûr ouvert. 


Messages et Commentaires ...
  • 20 janvier 2008 VSH - Rappel

    - différents sites se consacrant au ski de randonnée ont entrepris de ranger un peu le fouillis de leurs infos nivologiques

    - pas d’innovation mais une reprise pure et simple de notre grille d’observations neige (lieu, meuble, totale etc).

    - dans ces conditions, pour ceux qui naviguent d’un site à l’autre, des confusions sont possibles, sinon probables.

    - c’est pourquoi nous nous permettons de rafraîchir la mémoire en ressortant l’article ci-dessus datant de 2004.

    Il n’y a pas grand’chose à ajouter si ce n’est quelques précisions

    - comme dit dans l’article ci-dessus, les neiges transformées ne sont pas comptabilisées en neige "meuble" car elles sont tantôt dures (voire gelées) tantôt molles (voire liquides). Dans ces cas le rédacteur précise l’enfoncement des skis dans la colonne "qualité".

    - l’enfoncement skis est souvent précisé dans la colonne "qualité" lorsqu’il diffère notablement de la neige meuble (enfoncement batons = pieds). La largeur des skis au patin n’est précisée que pour les neiges où la différence d’enfoncement est significative.

    - la grille de saisie des sorties a été pensée pour une lecture à trois vitesses : rapide (les champs supérieurs) ; moyenne (le tableau neige) ; lente (les champs texte).


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP