Editions Volopress : la collection Toponeige, l'actualité du ski de rando, les infos montagne et neige dans les Alpes.
Neige

Ski de printemps dans les Hautes-Alpes : voir photos

mercredi 18 mai 2005 par VOLLE Louis

 Sans doute le dernier point neige de cette saison atypique dans les Htes Alpes. Après un début de saison précoce (octobre) suivi d’un hiver et d’une première partie de printemps à l’enneigement misérable, le final depuis un mois est remarquable et inespéré, en particulier pour le Queyras. C’est une véritable nouvelle saison pour ceux qui ont su voir la transformation radicale des conditions. Ce 15 mai le ski était excellent, possible sans portage à partir de routes des grands cols ou de pistes pastorales…mais c’est quand même la fin. Pour les jours à venir, la haute montagne des Ecrins « profite » un peu de l’instabilité actuelle mais pas de changement sur le faible remplissage des couloirs, les ruptures d’enneigement sur les ressauts convexes et les pentes déjà en glace. Profitez de quelques bons plans sur les circuits depuis Agnel, Clausis, Haut Cristillan, Sellar ou Mme Carle…
Premier fait remarquable de cette saison, le maintien d’une couverture neigeuse satisfaisante (pour le ski de montagne) bien que très peu épaisse grâce au froid continu jusqu’à mi mars. Par conséquent une sécurité inhabituelle en hiver, permettant des pratiques de fin de printemps presque toute la saison. En étant honnête, disons que semelles et carres ont un peu souffert, mais la liste des réalisations est significative. Envers de la médaille, nos chères montagnes étaient moins photogéniques, quelquefois franchement lépreuses.
Deuxième fait notable, l’importance des chutes de neige à partir de la mi avril, rendant une allure hivernale bien en dessous de 2000 m, même sur les adrets déjà déneigés. J’ai mesuré à plusieurs reprises entre 1 m et 1m60 de fraîche entre 2500 et 3000 m sur Embrunais ou Queyras. Résultat inévitable, un retour de l’activité avalancheuse spectaculaire, mais peu durable avec l’avancement de la saison, offrant en quelques jours un potentiel inespéré de courses en très bonnes neige sur tous les versants. Deux phases ont été spectaculaires : les départs de versants entiers ou de grosses plaques en neiges froides au moment des chutes, les purges de réchauffement qui ont ravagé de nombreuses pentes, comme au Pouzenc, et la majorité des couloirs.
Dernier constat : la faible capacité d’adaptation aux conditions nouvelles des skieurs. Sauf en quelques sites à la « mode » la montagne était vide, sans traces…presque idéale ! Dommage !
Pour ma part une bien bonne année avec beaucoup de choses nouvelles, peut être pas terminée. voir photos 


Proposer un commentaire

accueil | espace privé | site sous SPIP